samedi 30 mars 2013

Les passages couverts. Passage de Choiseuil, 1827 (6)

Le passage des divertissements

23, rue Saint-Augustin / 40, rue des Petits-Champs (75002). M°Quatre-septembre.


Dans les années 1970, le couturier Kenzo ouvre sa première boutique, passage de Choiseul. Sa boutique attire une clientèle particulièrement branchée. Fortune faite, M. Kenzo déplace sa boutique place des Victoires et le passage de Choiseul est aussitôt déserté.

La notoriété du passage vient de son emplacement : près des « Boulevards », c'est-à-dire, Bonne-Nouvelle, Poissonnière, Montmartre, Italiens et Capucines.  Dans ces boulevards, on a pour habitude de se divertir au théâtre ou au concert et de se montrer dans des cafés. 
Situé aussi près du quartier de la Chaussée d'Antin, ce passage a beaucoup attiré les nouveaux riches, hommes d'affaires et banquiers.
Ce passage est d'ailleurs une idée de la banque Mallet. Il est, en 1828, le plus long passage de la capitale, notamment avec ses ramifications. Chaque ramification possède son restaurant, des boutiques à la mode; des cabinets de lecture et le théâtre de M. Comte (magicien connu pour ses spectacles destinés aux jeunes) figurent dans ce passage.
Autre signe du succès : la proximité avec le théâtre des Bouffes Parisiens. Ceux qui vont au théâtre déambulent dans la galerie.

Ce fronton, très coloré est la petite particularité du passage
Les boutiques sont plutôt ordinaires

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.